En route vers le Québec...

Dernière mise à jour : avr. 8

La vie est faite de surprises et de croisées de chemins, et je repense souvent à mon expérience québécoise.

A la faveur de mon projet de reconversion professionnelle, j’ai traversé l’Atlantique en 2017 pour vivre quelques mois à Montréal.

Tout de suite en arrivant dans cet hiver glacial, j’ai trouvé un atelier qui dispensait des cours. Oh là.. pas simple, j’arrivais mi-mars avec la tempête du siècle (ah bon elles sont comment les autres alors ?) bref, c’était rude, et les cours chez Catherine étaient déjà complets pour la session démarrage au 1er avril.. Non même pas une blague ! Alors bien sûr j’ai insisté.. insisté.. supplié.. pas pleurer quand même non ! Mais Catherine a senti mon envie irrésistible d’apprendre à ses côtés et elle m’a fait une petite place. C’est comme cela qu’a démarré mon aventure potière, 2 cours par semaine avec l’une des meilleures. Toujours apprendre chez les meilleurs, conseil précieux que j’applique toujours.


Pour tout dire j’avais peu vraiment touché l’argile jusqu’à cet instant précis. J’ai vite senti que c’était un moment clé, j’étais en marche vers un univers fascinant. On les reconnait toujours ces points de départ qui vous propulsent. J’ai senti une reconnaissance dans mes mains, un je ne sais quoi qui me venait de tellement loin.. Dans ma vingtaine j’allais très régulièrement dans ma belle-famille dans la campagne morvandelle, près de Saint Amand en Puisaye. Et la magie de ces potiers et potières me fascinaient. Je n’avais de cesse que d’aller voir les potiers, les regarder travailler, leur acheter ces belles pièces en bleu de Saint Amand.. Je ne le savais pas encore mais là était plantée la graine qui allait germer en moi.


Revenons au Québec, à l’atelier Gaïa Céramiques sur le Plateau du Mont Royal. Oh là… ma première matinée… Evidemment ce n’est pas simple de commencer ! Rien n’est simple la première fois, même les choses les plus merveilleuses doivent s’apprivoiser.


Catherine a su nous enseigner, nous étions une dizaine à souvent écouter la bande son du cultissime Ghost qui donnait des ailes à nos mains

Nous étions toutes Demi Moore sur notre tour. Souvenir fort que cet apprentissage qui a déterminé mon avenir de céramiste. Catherine quand tu liras ces lignes, tu te souviendras..

J’étais fascinée par la dextérité de ses mains sur l’argile, partant de -presque- rien qui est pourtant l’essentiel : la balle de terre. Et hop ! voilà une tasse, une chope, une assiette ! Ca semblait si facile.


Et je me disais.. arriverai-je à faire de même un jour ? La passion et la ténacité ont tout illuminé. C’est comme en amour n’est-ce pas ? Qui ne s’est jamais demandé s’il ou elle va y arriver ? Saura-t-il ou elle trouver les bons gestes, le lâcher-prise qui mènent au Graal ? J’exagère à peine dans cette similitude. Travailler l’argile offre un bien-être infini, une zénitude, un état méditatif, un épanouissement sensoriel offerts par l'argile et l’outil le plus précieux à l’être humain : les mains. Que dire de la douceur de tourner de la porcelaine !

J’ai pris conscience au fil des cours que de mes mains sortaient des pièces qui me plaisaient, au fil des cours mes gestes sont devenus plus précis, au fil des cours quelque chose se passait en moi et le déclic m’est apparu, c’est possible oui, mes mains, mes gestes, m’offrent un précieux cadeau : la création.

La glaçure comme on dit là-bas a été une étape aussi pour finaliser mes pièces. Ces seaux d’émail avec cette sorte de ‘pâte à crêpes aux couleurs plates’ ne figuraient en rien de l’éclat des céramiques à la sortie du four ! Voilà le fruit de mes efforts.


Catherine encore Merci pour ton enseignement, ta générosité, ton talent et ta transmission. Un chaleureux 'allô' pour toi !


Cette première formation a été de tout premier ordre pour moi, Catherine et David m'ont enseigné tout ce dont j’avais besoin pour savoir que c’était ça. Ma nouvelle vie. Mon élan. Mon futur. Alors que j'étais venue chercher du travail comme assistante de direction, ont surgi la céramique et le virage à 180° . J’ai dès lors préparé mon présent, mis tout en œuvre pour être céramiste aujourd’hui.

Quel chemin...

C’était mon rêve, j’y croyais dur comme ‘terre’. Le flou se dissipait, le brouillard se levait et je me suis accrochée de toutes mes forces. Et après 4 années d’apprentissages, de voyages et de bouleversements de vie.., j'y suis, je crée mon atelier et du même coup ce partage avec vous. Ici en Bretagne, tout près de l’océan Atlantique qui fait le lien entre nos 2 cultures et nos 2 continents.


Un mot sur mes rencontres. Pendant cette période de ma vie j'ai fait la connaissance de femmes qui m'ont touchée. De celles qui entreprennent, de celles qui font face, seules souvent et dans ce froid canadien, avec leurs 2 bras et leur détermination. De celles qui vous accueillent avec toute la générosité et la chaleur de leur culture québécoise. Elles sont des exemples pour moi.


Dans les Laurentides je pense à Annie, artiste styliste éco-responsable, qui a créé dans un grand chalet 3 Cocons douillets au bord du Lac Canard à Sainte Lucie des Laurentides. Elle y abrite les voyageurs en demande de pleine nature sauvage. Se ressourcer ici est un miracle en soi. J'ai souvent logé chez elle, on est vite devenues amies.


Je pense à Annie-Claude, portraitiste qui offre son talent d'artiste pour des ateliers de portrait et de dessin intergénérationnel à Val-David. Elle aime loger les voyageurs dans son Jardin aux 3 maisons. J'ai fait partie de ses tout premiers hôtes. Elle m'a accueillie en amie et m'a fait découvrir l'événement '1001 pots" à Val-David, mon premier marché de potiers !


Je pense à Cynthia, coach de vie, qui elle aussi m'a tendu la main pendant ces mois d'immersion totale à Montréal. Elle agit pour le bien-être de tous en proposant ses cours de yoga et de coaching de vie en centre ville. Nous allions 'prendre une marche' et nous 'mettre à jour' autour d'un café chaud. C'était fun !


Nous sommes toujours restées à jour justement, chacune sur notre continent. Elles m'ont donné la force d'aller jusqu'au bout, de ne jamais rien lâcher, de tenir bon et de rester dans l'action pour arriver jusqu'à aujourd'hui. Elles m'ont appris à traverser les tempêtes et à en ressortir, moi aussi, grandie. Merci les amies !

Quelques souvenirs à vous partager : le Jardin aux 3 maisons, les Cocons, le Lac Canard, Québec, Montréal, le mont Kaaikop, la Gaspésie, et mes premières poteries.


Envie de recevoir les nouveaux articles grâce à la Newsletter de l'atelier ? Cliquez ici

Pour revenir en page d'accueil, cliquez ici

39 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout